École Angela Duval Quimpéro Communiqué de la section PCF du pays d’Hennebont

Menace de fermeture de l’École Angela  Duval de Quimpéro

Depuis quelques semaines l’école maternelle Angela Duval dans le quartier du Quimpéro est menacée de fermeture après la suppression d’un ½ poste en septembre 2017.

Ouverte au début des années 1980 pour répondre aux besoins des logements HLM et du lotissement communal, cette école comptait à son ouverture 3 classes uniquement maternelles. À cette époque, il avait été envisagé d’ouvrir un CP qui n’a jamais vu le jour alors qu’il aurait été un atout pour le maintien des sections maternelles.

Confrontée à une diminution progressive des effectifs, l’école a été réduite depuis quelques années à une classe d’une trentaine d’élèves.

La précédente municipalité, consciente des difficultés à venir, avait initié divers projets immobiliers dans et autour du Quimpéro et notamment un écoquartier de 135 logements (collectifs et maisons individuelles).

Aujourd’hui cet écoquartier n’en est qu’au tout début de sa mise en œuvre et ne peut donc produire les effets escomptés à savoir l’arrivée de nouveaux enfants à l’école Angela Duval. Fermer une école, on a déjà fait mieux pour inciter les familles à s’installer !

La municipalité actuelle n’a aucune obligation de fermer cette école qui peut continuer à fonctionner avec les 28 élèves prévus à la rentrée de septembre 2018. Ceci d’autant plus que l’Inspection Académique, de façon tout à fait légitime, fait le choix de financer cette classe dans le projet de carte scolaire départementale 2018-2019 !

« Maintenir l’école pour une classe unique coûte cher » avance le maire André Hartereau. Sans doute, mais dans un quartier composé à 70 % de logements HLM ne faut-il pas au contraire accepter de mettre un peu plus d’argent pour donner plus de chances de réussite aux enfants qui y habitent et faciliter la vie quotidienne par une école de proximité.

Le maire ne peut pas prendre cette responsabilité de fermer une école publique dans un quartier de logement social où elle représente la seule présence d’un service public de proximité. Une fois de plus, ce sont les quartiers populaires qu’on abandonne ! On sent d’ailleurs bien que le maire n’est pas à l’aise avec son projet puisqu’il est obligé de donner des arguments de mauvaise foi. Pédagogiquement, il peut être très intéressant de faire cohabiter des enfants de différents âges en maternelle comme c’est le cas à l’heure actuelle (responsabilisation, autonomie, rythme des apprentissages). Quant à l’argument de sécurité, s’il était valable, cela signifierait qu’il mettrait en ce moment-même 30 élèves et personnels en danger, ce qui n’est pas le cas bien évidemment.

Les élus du Front de gauche sont déjà intervenus auprès de la municipalité notamment lors du dernier Conseil Municipal qualifiant cette proposition de fermeture de « véritable atteinte au service public d’Éducation ».

Le personnel municipal par l’intermédiaire du syndicat CGT a de son côté réaffirmé son soutien aux personnels et aux parents d’élèves.

Une pétition est en cours également pour empêcher cette fermeture. Nous appelons la population à la signer massivement.

Tout comme nous appelons la population à venir soutenir les personnels et les parents d’élèves aux portes ouvertes de l’école le 23 mars et à assister au Conseil Municipal le 26 avril à 18 h en Mairie (entrée par la cour arrière).

La section PCF du Pays d’Hennebont

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*